Le jeudi 18 avril 2013 à 16h45

Je m’étais promis de revenir ici si d’aventure ma situation changeait.

Souvenez-vous, l’an dernier, les résultats d’admission de l’École de Journalisme de Sciences Po, c’était comme ça :

yeah you failed

Alors j’ai fait un an de master droit éco et j’ai repassé le concours en espérant très fort que cette fois-ci ça marcherait.

Eh bien, le jeudi 18 avril 2013 à 16h45, j’ai appris, alors que j’étais assise sur un banc du Jardin qui restera sacré à tout jamais, que cette année, ça avait marché. Que j’étais admise. Et tout le monde était comme ça :

haymitch approves

Et par “tout le monde”, j’entends “tous les gens formidables qui m’ont soutenue et qui ont espéré très fort avec moi”. Qui ont relu mon dossier, qui m’ont fait passer un oral blanc, qui ont rendu cette année de droit plus joyeuse et plus facile, qui m’ont écoutée parler de journalisme ad nauseam, qui m’ont quizzée sur Chávez, sur les îles Senkaku, sur Thatcher. Qui ont allumé des cierges à la Madeleine (je vous jure que c’est vrai), probablement en quantité suffisante pour que leur chaleur puisse propulser un petit moteur. Merci, merci, merci à vous tous.

Tous ceux aussi qui ont été de bon conseil, comme Morgane et Lucie (qui ont été admises l’an dernier parce qu’elles sont trop fortes), qui m’ont accompagnée jusqu’à la porte le jour J et qui étaient comme ça :

stay alive 2

Alors, si le Docteur frappait à ma porte maintenant (pour ceux qui ne connaissent pas, le Docteur, c’est le personnage éponyme de Doctor Who, et il a une super machine qui peut voyager dans le temps), et qu’il proposait de m’emmener à bord de son TARDIS, je lui demanderais de me ramener un an en arrière pour rassurer ma moi du passé. Je lui dirais : “Sèche tes larmes, ma fille, parce que tu vas y arriver. À l’heure où on se parle, tu es encore toute petite. Tu as un an pour apprendre un million de choses. Tu vas rencontrer des dizaines de personnes et vieillir de mille ans. Et ensuite ça marchera. Alors patience. Et quand ça deviendra un peu difficile, je reviendrai te voir, pour me rappeler à quel point c’est un luxe de faire ce que l’on aime.”

Pendant un an j’ai gardé cette couverture du bouquin de Joyce Carole Oates en fond d’écran.

after the wreck

“Après l’accident, je me suis relevée, j’ai déployé mes ailes, et je me suis envolée.”


2 responses to “Le jeudi 18 avril 2013 à 16h45

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: