Je propose qu’on arrête tous de flipper à cause de la météo.

Pour vous donner une vague idée de l’ambiance qui règne en ce moment, je vous propose une capture d’écran du mot que j’ai laissé samedi soir/dimanche matin très très tôt sur le mur Facebook de Morgane :

Procédons à une rapide analyse iconographique. Que nous indique cette capture d’écran? 1° Que j’ai de l’eczéma, généralement révélateur de stress/réaction au changement de température/réactions allergiques diverses; 2° Que je le soigne avec de la cortisone achetée sans aucune sorte d’ordonnance, juste en faisant un joli sourire à la dame derrière le comptoir.

Jusqu’ici, rien de plus normal. Continuons avec ce mail envoyé par l’administration de l’université à tous les étudiants :

Il s’agit d’un mail pour nous prévenir de la création d’un groupe de soutien à destination des étudiants endeuillés qui ressentent le besoin d’en parler. L’intention est louable, mais personnellement, alors que je ne me pensais pas particulièrement concernée en l’occurence, ça m’a juste rappelé qu’on allait tous mourir un jour. Par extension, ça m’a rendue triste. Bingo.

Heureusement, pour ceux d’entre nous qui seraient vraiment à ramasser à la petite cuillère, l’université pense à tout :

Le “Student Wellbeing Day”, c’est, comme son nom l’indique, un jour consacré au bien-être des étudiants et de leurs petits corps meurtris par l’heure d’hiver et les devoirs de (presque) fin de semestre dont les deadlines continuent de tomber, implacables comme le poing d’un routier ventru écrasant une canette de bière.

En gros on aura des massages gratuits et, pour ceux qui n’auraient pas le temps d’en profiter, on nous donnera des fruits aussi.

Voilà. Tout ça pour dire que l’Anglais, en ce moment, est absolument DÉPRIMÉ par l’hiver, et le froid, et les jours qui raccourcissent. Alors que sincèrement, la météo n’est franchement pas mauvaise, elle est même plutôt cool, puisqu’il fait froid mais beau et que c’est la meilleure météo qu’on puisse espérer en hiver. En plus, il y a des feuilles mortes, des gingerbread lattes au Starbucks, des décorations de Noël, et le Winter Wonderland de Hyde Park vient de faire son apparition alors franchement QUE DEMANDE LE PEUPLE?

Avec le temps que j’ai gagné en ne râlant pas à longueur de journées à propos de la météo, j’ai fait des choses constructives de mon emploi du temps.

Lundi dernier, je suis allée à une représentation du Rock & Roll Politics Show – c’est un débat, en fait, mais sur une scène, dans l’immeuble où sont situés les locaux du Guardian et de l’Observer. J’ai gagné un ticket pour y assister à l’œil – le présentateur du débat, Steve Richards, est aussi le commentateur politique en chef de l’Independent, il est venu à un de mes cours de British Media, on devait préparer une question à lui poser, et il y a eu un prix (une place pour assister au débat, donc) pour les deux meilleures questions, dont, vous l’aurez deviné, la mienne. Inutile de dire qu’encore une fois, ce fut une grande revanche sur mon enfance marquée par des défaites consécutives à des concours divers. Le sujet, c’était le “Blue Labour”, une sorte de mouvement politique à l’intérieur du Parti Travailliste qui, d’après ce que j’ai compris, met l’emphase sur la démocratie participative et sur l’action à l’échelle locale. Parmi les invités, il y avait Rowenna Davis, qui a écrit un bouquin sur le sujet. Ça s’appelle Tangled Up in Blue, ce qui est aussi le titre d’une chanson de Bob Dylan, et donc me la rend fort sympathique.

Mercredi, je suis allée avec Morgane, Suzanne et Bridgette à l’exposition du concours World Press Photo (qui récompense les meilleurs photos de presse de l’année passée), pour notre cours de photojournalisme. C’était très intéressant, et je viens de me rendre compte que les photos sont en ligne ici, je ne peux trop vous conseiller d’aller les voir. Ma préférée, c’est celle avec la mouette, mais dans un souci de sérieux, j’ai décidé de travailler sur celle d’Assange pour le devoir qu’on doit rendre (il me semble que je l’avais vue dans Courrier International cet été).

Jeudi, les astres se sont alignés : Morgane et moi sommes allées voir Beady Eye (le nouveau groupe de Liam Gallagher depuis la séparation d’Oasis) en concert et OH MON DIEU, je me suis pris une claque et c’est rien de le dire. Non attendez en fait j’ai rien dit, c’était pas une claque, juste un océan d’enthousiasme qui s’est déversé goutte à goutte dans mes tympans ravis. Liam Gallagher a une présence absolument incroyable sur scène, et accessoirement il est ABSOLUMENT ADORABLE, on a envie de l’adopter et de lui faire des câlins comme à un bébé lapin (ce qui peut sembler surprenant à propos d’un type dont le passe-temps favori est d’insulter tout le monde dans un anglais absolument inarticulé et incompréhensible mais que voulez-vous, Liam Gallagher est une terre de contrastes).

Vendredi soir, Morgane et moi nous sommes jointes à Bridgette pour aller voir le dernier Twilight (ma vie culturelle, elle aussi, est une terre de contrastes), et ce fut exactement comme je l’avais rêvé : absolument hilarant (parfois c’est fait exprès et parfois pas du tout), gore, et absolument hilarant mais ça je l’ai déjà dit. Oh, et Taylor Lautner enlève sa chemise pendant les dix premières secondes du film, sans exagérer du tout (genre le deuxième plan c’est Taylor Lautner qui enlève sa chemise) (mais que fait-il dans le premier plan? Je ne le dirai pas sinon on va encore dire que je spoile tout le monde). Comme je n’avais vu que le premier film, Morgane me chuchotait des explications au fur et à mesure, au grand déplaisir de mon (inconnue) voisine de droite qui, elle, semblait être dans un état d’esprit totalement différent (je la soupçonne d’avoir versé des larmes sincères à deux ou trois reprises). À un moment, elle nous a demandé d’être plus silencieuse, j’ai dit oui-oui, mais fatalement Robert Pattinson a re-dit une de ses répliques avec l’air de vouloir se pendre tellement il trouve le dialogue niais, et l’hilarité s’est à nouveau emparée de nous.

Samedi, RETOUR À DES CHOSES SÉRIEUSES, avec le Victoria & Albert Museum, où je me suis rendue avec Pierre et Morgane. C’est le plus grand musée d’art et de design du MONDE, et dedans il y a le plus vieux tapis du monde, mais malgré d’intensives recherches, on ne l’a pas trouvé. À la place, on a vu des tapisseries conservées dans une pièce dont le niveau d’oxygène est contrôlé pour détériorer son contenu le moins possible (j’entends par là les tapisseries, pas les visiteurs contenus dans la pièce, bande de petits malins), des costumes de comédies musicales, une exposition spéciale sur Annie Lennox, et une vieille dame qui cognait un peu trop fort sur une des vitrines du musée dans le but de faire coucou à sa petite fille située de l’autre côté de la vitre.

Ensuite, on est allés au Winter Wonderland de Hyde Park, c’est-à-dire un très grand marché de Noël avec des stands de nourriture à profusion, des manèges pour les enfants, et une grande roue. J’avais emmené mon appareil pour m’acquitter d’un de mes devoirs de photographie mais la foule s’est obstinée à gâcher chacune de mes tentatives, je suis donc rentrée bredouille (mais très contente) (et aussi très serrée dans le métro parce que l’autorité qui s’occupe de ça avait eu la bonne idée de fermer ENTIÈREMENT la Victoria Line) (si vous ne voyez pas quelle ligne est la Victoria Line, sachez seulement que c’était très peu pratique).

Et puis samedi soir, j’ai acheté la crème à la cortisone mentionnée au début de cet article, ce qui veut dire que LA BOUCLE EST BOUCLÉE.


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: