Ce titre aurait du être une citation pleine de philosophie sur les trains.

Je suis dans l’Eurostar depuis à peine cinq minutes. Mon voisin de gauche a déjà perdu tout respect pour moi après que j’ai mangé un carrot cake avec les doigts – je sais pas, moi, quand on me demande de choisir un truc pratique à manger dans un train, je prends un gâteau de quatre centimètres de haut recouvert d’un centimètre de glaçage, et qui fait des miettes en plus (mais ça je n’ai pu m’en rendre compte que trop tard).

De toute façon, je m’en fiche pas mal, de son respect, vu qu’il appartient à l’espèce honnie des voisins de train qui 1° monopolisent l’accoudoir, 2° non contents de monopoliser l’accoudoir, font dépasser leur coude dans l’espace au-dessus de mon siège, où mon torse est censé se situer si vous visualisez la chose, mais j’en suis réduite à me tasser du côté droit de mon siège. Du coup, je me venge en regardant son film par-dessus son épaule – il regarde Attrape-moi si tu peux, un de mes films PRÉFÉRÉS DE TOUS LES TEMPS (Leonardo Di Caprio a volé mon cœur quand mes parents nous ont emmenées, ma sœur et moi, voir Titanic au cinéma. J’avais sept ans).

Aussi, y a un enfant qui braille – c’est QUOI le problème des enfants avec le train ? Rester deux heures et demi assis à bouquiner, on a connu pire, comme destin. C’est pas non plus comme si on leur demandait de conduire le train – ça leur apprendrait la vie, d’ailleurs tout cela ne serait pas en train de se produire si on n’avait pas supprimé le service militaire.

Jean-Marc vient d’annoncer que lui et son collègue Patrice étaient nos managers principaux pour ce voyage, c’est donc sous leur expertise que je vais entreprendre de résumer ce qui s’est passé dans ma vie depuis un peu plus d’une semaine (ouh yeah).

La semaine dernière (pas celle-là, l’autre), c’était la « Reading Week », ce que nos professeurs choisissent d’interpréter comme « semaine où il n’y a pas cours au cours de laquelle les élèves en profitent pour rédiger leurs devoirs », et ce que les étudiants choisissent d’interpréter comme « vacances/pyjama/tourisme ».

Personnellement, j’ai coupé la poire en deux, et, alors que mes copines australiennes allaient visiter qui Paris, qui l’Irlande, je suis restée à Londres pour faire du tourisme et remettre au lendemain la rédaction de mes devoirs – un franc succès.

J’ai exploré Notting Hill avec Morgane et Stéphanie, c’était fort mignon mais on n’a pas croisé Hugh Grant, alors on est allées se consoler à l’Orangery (mais si, rappelez-vous, ce salon de thé dans les jardins de Kensington Palace où j’avais mangé un afternoon tea décadent). Cette fois-ci, j’ai pris un « gâteux au chocolat » – ça me rassure de savoir que je ne suis pas la seule à faire des faux sens malheureux quand je parle une langue étrangère. Ce qu’on n’avait pas anticipé, par contre, c’est que le soleil se coucherait à 17h30, et qu’on ressortirait de là sous un ciel digne des plus belles scènes nocturnes du Roi Lion.

S’en est ensuivi un grand moment d’expérience sociologique sur le thème « Que font quinze inconnus pleins de thé et de gâteau plongés dans un parc que n’éclaire absolument aucun lampadaire et qui du coup se met à ressembler à une espèce de Club Med pour tueurs en série ? ». Personne n’a osé retourner jusqu’au portail par lequel on était arrivés, parce qu’il faisait si noir qu’on n’apercevait même pas le portail en question à moins de deux mètres.

Alors que j’ai senti qu’on atteindrait bientôt le point de non-retour et qu’on se mettrait bientôt tous à pleurer qu’on ne rentrerait jamais chez nous et qu’on ne reverrait plus jamais Dina, comme Alice au Pays des Merveilles quand elle est perdue et qu’il y a des bestioles qui effacent les sentiers qu’elle réussit enfin à trouver, je suis re-rentrée dans l’Orangery pour demander COMMENT FAIRE POUR SORTIR DE LÀ PARCE QU’AU BOUT D’UN MOMENT ÇA VA BIEN. Réponse : « En prenant le même chemin que celui par lequel vous êtes arrivés. Duh. »

Alors je suis ressortie du salon de thé, et là, habitée par l’esprit des guides touristiques et des gourous de secte, je me suis tenue en haut des quelques marches qui me séparaient du reste des gens perdus, j’ai levé les deux bras, ambiance « n’errez plus sans but, je viens vous apporter la lumière », et j’ai expliqué qu’il suffisait de reprendre le même chemin qu’à l’aller. Sauf que c’était plus facile à dire qu’à faire, puisque rappelez-vous, ON N’Y VOYAIT RIEN, au point que Morgane a fait remarquer, assez justement, que les phares des trois vélos qui arrivaient face à nous ressemblaient d’une façon frappante aux lumières d’un OVNI (mais en fait non, c’était bien des vélos).

À part ça, on est aussi allées chez Madame Tussauds,  c’était fort bien, mis à part pour la partie où des gens ont posé à côté de la statut de Hitler en faisant le salut fasciste (j’aimerais tellement être en train d’inventer ça, mais non, je l’ai vu de mes yeux vu).

Ensuite, on est allées chez Harrods, où un MAGASIN HARRY POTTER a fait son apparition. C’est probablement un des endroits les plus cools de la terre. Le vendeur portait l’uniforme de Poudlard (baguette incluse), et quand on est arrivées, il était en train d’essayer de faire « disparaître » une canette de Coca. Comme ça n’a pas marché, il a expliqué que sa baguette en question n’avait plus beaucoup de batterie. C’est là que j’ai compris qu’on était parties pour des heures de fun.

En plus de vendre plein de goodies Harry Potter, ils exposent des objets venus directement du tournage des films, comme des baguettes ou des costumes. Le vendeur en question a donc interrogé une cliente pour lui faire deviner à qui appartenait chaque baguette – c’est là que j’ai compris que je voulais emménager ici et y passer le restant de mes jours.

J’ai essayé un masque de Voldemort et à l’intérieur, ça sentait le caramel (la vie est pleine de surprises), et aussi, j’ai appris que pour les cinq premiers clients dépensant 40 livres dans le magasin Harry Potter, Harrods offrait des DOBBYS TRICOTÉS. SANS BLAGUE.


Aussi, pendant la Reading Week, il y a eu le 5 novembre, alias Guy Fawkes Night. Point Wikipédia : Guy Fawkes Night est la célébration d’une tentative échouée d’attentat contre le Parlement en 1604 – attentat qui devait être perpétré par Guy Fawkes, donc. D’ailleurs, c’est la tête de Guy Fawkes qu’on voit sur les masques des Anonymous (qui ont fait courir la rumeur qu’ils allaient faire péter Facebook pour l’occasion si j’ai tout bien compris, mais en fait c’était une blague, hinhinhin).

Guy Fawkes Night, c’est avant tout la nuit où tout Londres fait péter des feux d’artifices – alors on est allées dans Southwark Park en voir un, et c’était TROCOOL. On se serait un peu crues à un festival de musique type Rock en Seine, sauf qu’on était là pour voir des étincelles dans le ciel. Il y avait une baraque à hot dogs devant laquelle on a fait la queue avant, pendant et après le feu d’artifice (pas parce qu’on a mangé trois hot dogs chacune, mais parce qu’il y avait beaucoup de monde et qu’on a du attendre longtemps). Aussi, pendant le feu d’artifice, ils ont passé de la musique, qui pour la plupart n’avait ABSOLUMENT RIEN À VOIR avec ce qui était en train de se passer (imaginez-vous en train de pousser des soupirs d’admiration devant un feu d’artifice tout en dodelinant de la tête sur un air de reggae), mais à la fin les organisateurs ont du tilter que quelque chose clochait, et ils ont passé Firework de Katy Perry – on peut difficilement faire plus approprié.

(Je ne vois pas comment je pourrais surpasser Katy et sa poitrine de pyromane – si vous avez été trop paresseux pour regarder le clip, sachez que ceci n’est pas une allusion déplacée, sa poitrine lance vraiment des feux d’artifice dans la vidéo- alors j’arrête ici cet article, humblement).


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: