Defying gravity

J’ai toujours vachement fantasmé sur l’univers des séries télé. En même temps, qui n’a jamais rêvé de passer de l’autre côté de l’écran? Personne, voilà qui. Déjà petite, je fétichisais la façon dont les”médecins” d’Urgences (enfin les acteurs, quoi) tenaient leur tasse de café. Si vous voulez tout savoir, c’est le Dr. Mark Greene (celui avec les lunettes rondes et la calvitie précoce) qui m’a appris qu’on n’attrape pas un mug par sa poignée, mais qu’on tient la tasse au creux de sa paume en se débrouillant pour passer le bout de ses doigts dans la poignée en question. Si ce n’est pas assez clair et que vous n’avez aucune idée de ce que je veux dire, SECOUEZ-VOUS UN PEU ET FAITES APPEL À VOTRE CAPACITÉ D’ABSTRACTION.

Voilà, c'est lui, le Dr. Greene.

Tout ça pour dire que mon quotidien est jalonné de petites épiphanies où le monde des séries et le mien se rejoignent. Et aujourd’hui, c’est ce qui s’est produit.

Aujourd’hui, je suis allée avec Morgane (une personne fort sympathique qui est à Sciences Po et qui se trouve être en échange à City University aussi, comme c’est opportun) à la Welcome Fayre (le “y” n’est pas une faute, ils l’écrivaient vraiment comme ça) (je ne vais quand même pas me mettre à assumer l’illettrisme des autres non plus) rencontrer les “societies”. Les “societies”, c’est ce qui permet aux étudiants de participer à des activités extra-scolaires et, par extension, de se faire des amis. C’est aussi un facteur d’identification assez fort, vu que c’est au sein des “societies” que tu vas plutôt te positionner du côté des cheerleaders ou de celui du Club d’Échec (tous les deux représentés à City University).

C’est caricatural, oui. Comme dans une série télé. Mais ce n’est pas là que mon épiphanie s’est produite.

Morgane et moi, on a commencé par s’inscrire auprès de “City Medias”, pour écrire dans le journal de l’université, ou parler dans sa radio, ou se montrer dans sa télé (ou écrire sur son site Internet, aussi). Et ensuite, ensuite, on a trouvé la meilleure “society” du monde.

UN GLEE CLUB.

La preuve en image.


Un Glee Club, comme dans la série, d’ailleurs leur logo est aussi celui de l’émission. Et Glee, c’est un peu MA SÉRIE PRÉFÉRÉE DE TOUS LES TEMPS, celle qui m’a fait réaliser à quel point j’avais la pop culture ancré dans mon ADN (c’est-à-dire que mes lymphocites aiment bien se trémousser sur Crazy de Britney Spears).

Évidemment, je me suis inscrite tout de suite (et Morgane aussi si vous voulez tout savoir). Autrement dit, d’ici la fin de ma 3A, je veux savoir faire ça :


4 responses to “Defying gravity

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: